Spencer Long, administrateur, Genesus Inc.

Le prix en Ontario est plus élevé que ce qu'ont connu les producteurs au cours des deux dernières années. Le problème est que les marges sont également affreuses avec des coûts d'alimentation élevés. Il semble que ce soit une histoire similaire dans une grande partie du monde pour les producteurs de porc actuellement. Avec l'inflation au Canada la plus élevée depuis 1991, de nombreux défis continuent d'être relevés. Le porc, par rapport à d'autres protéines, n'a pas connu la même augmentation de l'inflation au détail, et cela pourrait être bénéfique pour le porc total vendu, car les gens cherchent à économiser de l'argent. Imaginez si nous avions un produit délicieux pour l'ensemble du marché qui incite les gens à revenir pour acheter de plus en plus au lieu de simplement l'acheter parce qu'il est moins cher !

L'accord du Québec visant à réduire de 5,000 67 porcs par semaine en provenance de l'Ontario qui passent par ses usines a exercé une pression accrue sur les producteurs ontariens pour qu'ils trouvent des foyers pour leurs porcs. La capacité des usines en Ontario étant proche ou à pleine capacité, ces porcs devront aller quelque part. Les exportations canadiennes de porc vers la Chine ont diminué de 1 % au premier trimestre 2022 par rapport au premier trimestre 1. Les États-Unis ont contribué à combler ce trou en augmentant les exportations de porc canadien de 2021 %.

Le moment idéal pour la plantation a été raté dans de nombreuses parties des Prairies en raison du mauvais temps. Cela a suscité des inquiétudes quant aux rendements potentiellement inférieurs des cultures. Selon un rapport publié plus tôt cette semaine par Raymond James Financial Inc., les agriculteurs du Canada et des États-Unis ont connu leur démarrage le plus lent depuis plus d'une décennie cette année en raison des pluies, de la neige et des inondations en début de saison. Au Manitoba, certains agriculteurs n'ont pas encore pu accéder à leurs terres. Selon le gouvernement du Manitoba, l'ensemencement dans la province n'était terminé qu'à 40 % au 31 mai, comparativement à la moyenne quinquennale de 91 %. En Saskatchewan, 76 % des hectares cultivés de la province avaient été ensemencés au 31 mai, comparativement à la moyenne quinquennale de 93 %. De nombreuses régions de l'Alberta ont été confrontées à un problème différent jusqu'à présent ce printemps, avec des conditions très sèches faisant craindre une autre sécheresse comme celle de l'année dernière.

Le conflit en Ukraine n'a fait qu'exacerber les inquiétudes des agriculteurs, car les prix mondiaux des matières premières ont considérablement augmenté. Personne ne sait à ce stade comment ni quand le conflit prendra fin. Si le Canada devait avoir une mauvaise récolte en raison de semis tardifs et de problèmes météorologiques, cela pourrait faire augmenter davantage les prix des produits de base à l'échelle mondiale.

La doublure argentée de tout cela est que les prix du porc devraient continuer à rester élevés, atteignant probablement les prix les plus élevés de l'histoire. Il semble y avoir une expansion quasi nulle dans l'industrie porcine canadienne, les prix élevés des aliments pour animaux et les coûts de construction record empêchant toute véritable expansion. Il s'agira de savoir qui peut survivre à ces temps turbulents et sortir dans un monde avec moins de porc et, espérons-le, plus de marge de rentabilité.

Sources:

https://www.thepigsite.com/news/2022/05/canada-cattle-hog-outlook-shows-mixed-profitability

https://www.theglobeandmail.com/canada/article-slow-start-to-seeding-driving-concerns-about-2022-crop-yields-2/

Partagez ça ...
Partager sur LinkedIn
Linkedin
Partager sur Facebook
Facebook
Tweet à ce sujet sur Twitter
Twitter

Catégorisé dans: ,

Cette publication a été écrite par Genesus